COMMUNIQUE : 600 800,52€ de droits d’auteurs versés. (Est-ce que toutes les Maisons d’Editions peuvent en dire autant ? …)

Article de presse dans le journal « La gazette  » du Val d’Oise pour nos auteurs Franck Doristil et Daniel Cassier

 

 

Osny /Littérature. Les auteurs au pas de « courses »

Les éditions 7 Écrit présentent régulièrement leurs auteurs au centre commercial Leclerc de la Croix-Saint-Simon.

Bon, d’accord, l’hypermarché Leclerc de la Croix-Saint-Simon se situe sur le territoire d’Osny, certes… Mais cela se joue à une dizaine de mètres, et surtout les Pontoisiens sont nombreux à y faire leurs courses ! Si c’est votre cas, vous avez sûrement remarqué ces auteurs qui proposent, chaque semaine, de dédicacer leurs ouvrages au rayon culturel. Après le poète goussainvillois Franck Doristil, qui présentait son recueil intitulé Pages Volantes, aux éditions 7 Écrit, la semaine précédente, c’était au tour du romancier Daniel Cassier de promouvoir deux de ses livres, Interstices et Le Disloqué ou la gloire d’Agnès, toujours aux éditions 7 Écrit. Si elle n’est pas d’aujourd’hui, la venue de ces auteurs dans les centres commerciaux demeure une bonne initiative. Ils sont d’autant plus abordables et heureux de parler de leur travail à quelqu’un qui s’y intéresse.​

Joseph CANU

Magazine « La gazette » du Val d’Oise

 

7écrit Editions est une maison d'édition à Paris qui a pour but de vous permettre d'éditer un livre en toute simplicité.

Laisser une réponse

Votre adresse mail ne sera pas publiée.Champs requis *

Vous devriez utiliser le tag HTML avec cet attribut: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

A propos de Daniel Cassier

Daniel CASSIER naît en 1936 à Bagnolet. Son père est fait prisonnier en juin 1940, et Daniel est « placé » à la campagne, il doit trouver sa place dans une fratrie de trois petits paysans. «Parigot tête de veau, Parisien tête de chien». Cette situation va très probablement déterminer ses engagements futurs. À la fin de la guerre, Daniel découvre père, mère et sœur à Bagnolet. Il obtient le Certificat d’Études Primaires, puis un CAP d’ajusteur. Il commence sa vie professionnelle comme dessinateur, il deviendra chef de bureau d’étude. 1956, c’est le service militaire, vingt-sept mois en Afrique du Nord. Le 13 mai 1958 à Alger, il assiste incrédule à la prise du pouvoir par l’armée. Novembre 1958, c’est le retour à la vie civile, le travail est abondant, il n’y a qu’à choisir. À cinquante ans, après sa mise au placard, il s’investit dans le syndicalisme actif. Il est licencié à cinquante-six ans, poursuit son parcours dans le syndicalisme judiciaire. À soixante ans, il est breveté pilote d’avion privé, il se lance alors dans l’écriture.