Philippe Colas

Thumbnail

Né en 1953 dans une petite ville de campagne en France, il n’acceptait pas les contraintes des études, souvent les livres le rebutaient, car durant l’enfance on le forçait à lire.

À 14 ans, sa mère âgée de 45 ans présente alors la maladie d’Alzheimer pour finir à l’âge de 69 ans.

Son père de profession libérale a dû l’accompagner, vivre la maladie, lui restant toujours fidèle jusqu’au bout.

L’adolescence fut difficile avec remise en question de la religion, de Dieu.

En 1973, il part avec son frère en Inde. Là, il découvre une autre philosophie de vie, que le matériel est secondaire, que la vie est continue.

En 1978, il rencontre une personne lui parlant de fraternité, de symbolique, d’amour.

Depuis, il croit en une existence au-delà, confirmé par la thèse de Natchman, née sur l’Homme spirituel. En repartant en 1979 en Inde, il rencontre sa future épouse, apprend les différentes religions et philosophies asiatiques puis se lance quelques années après sur le manuscrit, le sens de la vie et la mort ; les deux étant liés autour d’un créateur, constructeur, architecte.

Au fil des années avec la réalité du monde de la médecine et découvrira également le cerveau qui est l’univers intérieur et extérieur.

Il découvrira que la vie n’’est qu’une partie du chemin qui continue ; ce n’est qu’une étape que tout Être doit accomplir dans l’esprit et la science.

Voici les 3 résultats

Trier par