Laurie Méline

Ayant vécu dans plusieurs villes différentes, c’est d’une petite ville appelée le Val-d’Ajol, dans les Vosges, où elle a passé son enfance, et d’un parc situé à Vandœuvre-lès-Nancy, en Meurthe-et-Moselle, près duquel elle vivait, qu’elle s’inspire pour créer le décor de son roman.
Son enfance est bouleversée par la disparition de son père. Cette perte devient le sentiment central qui a perduré un long moment dans sa vie. Un sentiment qu’on retrouve tout au long du roman à un grade plus élevé, peaufiné à l’aide de ses études en psychologie.

Voici le seul résultat