Marie Liandier

Marie Liandier, romancière et poète, est née le 28 octobre 1964 dans le Cantal. Après une formation universitaire de lettres classiques, elle poursuit un cursus de droit et entre dans le service public.

Un père médecin de campagne et une mère institutrice fondent le cadre de son enfance au cœur de l’Auvergne, baignée dans une tradition artistique familiale.

Touchant au dessin puis à la musique, c’est l’écriture qui devient vite son moyen d’expression de prédilection et fait bientôt partie intégrante de son mode de vie et de son rapport aux évènements.

Marie Liandier publie en 2006 un premier roman.

« Opération Puy Mary » connut dès sa sortie un grand succès, soutenu par la profession qui découvrit une plume régionale bucolique, sensuelle et engagée, axée sur les préoccupations environnementales d’aujourd’hui.

Avec « Le Crime d’Aloïs », thriller psychologique édité en 2008, elle confirma son statut d’écrivain de talent, au-delà des frontières de sa région, concernée par les troubles sociétaux de son époque, en explorant les abysses d’une descente aux enfers.

« Le Voyage de la Dernière Chance », publié en 2010, place l’intrigue au centre du couple et de ses paradoxes, et investit cette fois encore un nouveau genre, mêlant l’humour et l’aventure.

« Le collier de perles » est sans aucun doute son roman le plus profond mais aussi le plus universel, tant sur le plan de la technique de construction littéraire que sur celui de la contagion des ressentis et de l’angle choisi.

La plume s’est affirmée, l’investigation s’est amenuisée, et la griffe de l’émotion s’est acérée.

Ce roman à thème enchaîne une série de courts métrages qui avancent crescendo. Promenant entre l’infiniment grand et l’infiniment petit la loupe de son regard humaniste, l’écrivain cisèle les âmes et les sentiments… Il en résulte un véritable bijou.

Marie Liandier expérimente dans cet ouvrage un exercice émotionnel et littéraire subtil mettant en scène les émotions premières et les tabous ancestraux de la condition humaine.

Elle percute dans ce roman, plus que dans chacun de ses livres précédents, au plus intime le cœur de son lectorat.

Voici le seul résultat