Nardrecs

Las de son métier d’éducateur qu’il pratiquait sans conviction, Jérôme décide un jour de tout quitter, de plonger dans un autre univers moins conformiste pour trouver l’inspiration, vivre dans la rue le jour, et dans sa chambre la nuit, pour écrire, rêver, aimer
Un jour, il se fait agresser il n’oppose aucune résistance, après tout ce n’est pas un petit délinquant qui va lui faire peur et puis il les connait trop bien
Jérôme n’aimait pas la violence, selon lui, les mains étaient faites pour aimer, pas pour tuer

Il est mort dans la solitude et l’indifférence, laissant derrière lui, ces textes, tels des
petits cailloux qu’il aurait semés derrière lui, invitation à le suivre dans ses voyages, ses amours, ou ses déceptions
Aucune plainte n’a été déposée contre son agresseur, Jérôme ne l’aurait pas souhaiter
Et comme une douce consolation il est apparu de nombreuses fois sous la forme d’un papillon, signe d’immortalité ou de renaissance

Voici le seul résultat