Sylvain Périgot

Autodidacte, poète et peintre plasticien du « courant instinctiviste » qui écrit aussi sa vie, ce Bourguignon ne peut se contenter d’un seul pays. Bouger est pour lui vital. Son véritable monde n’est ni celui qui l’a vu naître ni celui où il vit, tous deux devenant vite étriqués. Il va, s’évade dans plusieurs univers qu’il a lui-même construits et les offre à tous dans ses créations. L’écriture est sa préférence, avec il n’a pas de frontières, il reste à jamais ouvert et change constamment à chaque page. C’est là où cet artiste respire le mieux en évitant le dernier style à la mode. Il ne peut s’enfermer dans aucun style, au risque de se perdre. Mieux lui vaut, comme l’hirondelle, vagabonder à son aise, c’est tellement plus enrichissant quand on reste d’abord vivant. Cet épicurien reprend pour lui le dicton de sa mère « Je n’ai honte de rien ».

Voici le seul résultat