Centurie 1 : Quatrain 35 -La Révolution Nostradamus de l’auteur Christophe Bornerie-Galmot

Découvrez les Centuries de la Révolution Nostradamus de l’auteur 

Christophe Bornerie-Galmot

Quatrain XXXV

                           Le lyon jeune le vieux surmontera,

                           En champ bellique par singulier duelle :

                           Dans caige d’or les yeux luy creuera,

                           Deux classes vne puis mourir, mort cruelle.

Il ne s’agit pas du duel où Henri II avait trouvé la mort après avoir eu l’œil crevé par la lance du capitaine de sa garde, le comte Gabriel de Montgomery, lors du tournoi qu’il avait organisé le 30 juin 1559 à Paris.

Ce tournoi qui devait être festif, afin de célébrer notamment le mariage de sa fille aînée Elisabeth avec Philippe II, Roi d’Espagne et de sa sœur Marguerite avec le Duc de Savoie Emmanuel-Philibert, également pour la conclusion du Traité de Cateau-Cambrésis qui mettait fin aux guerres d’Italie avec les revendications françaises sur les duchés de Naples et de Milan, fut à l’origine de la mort du Roi de France Henri II le 10 juillet suivant.

Les faits historiques identifiés sont graves, et dont l’impact fut certain sur l’Histoire de l’Humanité, n’en déplaisent aux négationnistes ou à ceux qui ont prétendu qu’il ne pouvait s’agir que de la mort du Roi de France.

Le lyon, le Soleil entre dans le signe des Poissons et va croiser le vieux, Jupiter qui se trouve au début du signe. Le lyon est une monnaie d’or et son symbole c’est le Soleil. Il est jeune car il sort du signe du Verseau où il était en position défavorable.

En champ bellique, Mars est présent. Duelle, les deux premières dents dans la bouche d’un enfant qui vient de naître.

Caige c’est cage, celle de l’oiseau, c’est le signe des Poissons avec la présence de Jupiter. En or, le Soleil est également présent.

Creuera n’est pas le verbe crever, mais le mot creue, une croissance, une augmentation dans le sens de l’amplification. Le croisement du Soleil avec la planète Jupiter amplifie symboliquement son champ de vision.

Deux classes une confirme le croisement de planètes avec leur jonction et mourir correspond au milieu du signe des poissons pour Mercure.

Mort cruelle est la conséquence des faits historiques identifiés

Le Soleil, entrant dans le signe des Poissons va croiser, la route de Jupiter au début du signe mais également de Mercure qui est rétrograde. Mercure entrera dans celui du Verseau où Mars est présent.

 Mercure reprendra sa route et sera jointe avec Jupiter au milieu du signe des Poissons avec Jupiter.

25 février 1915

25-fevrier


Le Soleil à 05°19’ dans le signe des Poissons vient de dépasser Jupiter en lui étant joint à 05°02’, Mercure rétrograde à 28°33’ entre en Verseau où Mars est à 20°09’.

 

07 mars 19157-mars

 

Le Soleil est à 15°27’ dans le signe des Poissons où Jupiter est à 07°26’. Mercure à 23°16’ dans celui du Verseau a repris sa route et Mars est à 28°00’.

12 mars 1915

12-mars

Le Soleil est à 20°20’ dans le signe des Poissons où Jupiter est à 08°38’ et Mars à 01°56’. Mercure vient de reprendre sa progression rapide dans celui du Verseau.

31 mars 1915

31-mars

Le Soleil est à 09°12’ dans le signe du Bélier. Mars est à 16°51’ dans celui des Poissons avec Mercure à 13°39’ joint à Jupiter à 13°05’.

Sur les évènements historiques, le 25 février 1915 à Constantinople, c’est le Décret d’Enver Pacha qui ordonne le désarmement de tous les soldats arméniens qui servent dans l’armée ottomane.

Enver Pacha venait de prendre le pouvoir en Turquie dans les deux années qui venaient de précéder, après un coup d’Etat ayant renversé le sultan.

 En février 1915, le comité central du parti CUP et des ministres du cabinet de guerre, Talaat Pacha et Enver Pacha mettent secrètement au point un plan de massacre qui sera exécuté dans les semaines suivantes. Il serait officiellement présenté comme un déplacement de la population arménienne notamment.

 Le gouvernement turc les accusait de collaboration avec l’ennemi russe, alors que la Turquie venait de perdre la bataille de Sarikamich.

 La première mesure est prise dès le 25 février 1915, Enver Pacha autorisait Talaat Pacha qu’il soit procédé au désarmement des soldats et des gendarmes arméniens qui avaient été mobilisés dans l’armée ottomane.

Afin de mieux masquer la manipulation de ce qui se préparait, après une visite sur les divers fronts, Enver Pacha était même allé jusqu’à clamer officiellement le sens courageux des unités militaires arméniennes lors des combats et que le Gouvernement impérial était conscient de leur sens du devoir comme de celui du service qu’ils démontraient.

 Les arméniens seront regroupés dans des unités militaires spécialement créées, et uniquement affectés aux travaux communs et aux divers entretiens de routes puis, au fur et à mesure, ils furent éliminés progressivement par petits groupes au cours de l’année 1915, par les gendarmes chargés de leur encadrement ou par des unités militaires Kurdes pro turques appelés en renfort pour la circonstance.

 Les 12 et 13 mars 1915 l’armée ottomane intervient à Zeytoun dans la province de Cilicie, officiellement pour arrêter des déserteurs arméniens mais ils opposèrent une vive résistance. De nombreux soldats y furent tués mais elles revinrent en force le 31 mars pour arrêter les notables et les intellectuels arméniens.

 La déportation des populations civiles commençait le 08 avril.

 

Le 24 avril 1915, Enver Pacha donnait l’ordre des déportations à Constantinople.

 Les déportations et les massacres seront préparés et organisés depuis la capitale, et répercutés pour leur application au niveau des responsables locaux de l’Etat. Ils étaient chargés de rassembler les populations arméniennes, puis de les remettre aux unités militaires turques qui venaient les chercher.

 Ensuite les groupes étaient emmenés dans le désert en convoi, dans les marches de la mort, puis ils étaient soit massacrés par leurs gardiens ou ils laissaient les victimes se faire assassiner par des bandes organisées, regroupées au sein d’une Organisation spéciale, dont les membres avaient été sortis de prison par le pouvoir politique, officiellement sous le couvert d’être mobilisés pour le front.

 306 convois de déportés furent répertoriés entre les mois d’avril et de décembre 1915, avec un total dénombré de plus d’un million de personnes.

 Le 15 septembre 1915, Talaat Pacha envoyait une note de commandement au Parti des Jeunes-Turcs à Alep en ordonnant la destruction et l’extinction des arméniens qui vivaient en Turquie, rappelant que si les fonctionnaires s’opposaient à l’application des ordres ils seraient chassés de l’administration. Il appelait à être sans égard pour qui que ce soit, l’extermination était la règle.

 Les populations chaldéennes subirent le même sort, ainsi que celles pontiques d’origine grecque tout comme les syriaques et les yézidis.

Un million deux cent mille Arméniens furent massacrés entre le mois d’avril 1915 et le mois de juillet 1916, 1923 pour certains

 Le lyon jeune est le pouvoir naissant en Turquie où depuis seulement 1913, une junte de militaires avait accédé au pouvoir après avoir renversé le sultan. Le vieux qui est surmonté est la communauté arménienne installée sur cette terre depuis très longtemps.

Le champ bellique est le territoire turc où la guerre bat son plein. Le singulier duelle c’est la décision unilatérale d’extermination des populations non turques qui est prise. Là où les populations concernées seront martyrisées, leurs yeux seront ouverts pour comprendre ce qui a été engagé à leur encontre.

 Tout sera effectué par le pouvoir dictatorial de Turquie pour fondre l’ensemble de la société en une seule part et ceux qui ne correspondront pas aux critères ainsi établis seront exterminés.

 La mort cruelle les attendait pratiquement tous.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

7écrit Editions est une maison d'édition à Paris qui a pour but de vous permettre d'éditer un livre en toute simplicité.

Laisser une réponse

Votre adresse mail ne sera pas publiée.Champs requis *

Vous devriez utiliser le tag HTML avec cet attribut: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

A propos de Christophe Bornerie-Galmot

Attiré depuis son plus jeune âge par ce qui est appelé les « mystères de la vie », l’auteur s’est intéressé au codage des messages inclus dans les textes écrits par ceux qui sont devenus des grands de notre monde. Ces hommes, devenus phares de l’humanité, et peu importe leur condition sociale à l’origine, ont donné des signes et transmis une connaissance masquée afin d’éclairer, prévenir ou alerter quant aux événements qui allaient suivre. Amoureux de l’histoire et des philosophes, l’auteur sait que l’homme a son libre arbitre face aux événements qui marquent et qui marqueront l’humanité, sans que ce soit une quelconque opposition à la prédestination générale à laquelle il adhère. De temps en temps, sans qu’il y ait un seul lien avec ce qui est appelé le « hasard », il est donné la possibilité à certains d’accéder à ces informations. Dès lors, il n’appartient qu’à l’homme de savoir agir comme il le doit dans son libre arbitre. Comme il n’appartient qu’à d’autres, dans ce même sens, d’écouter et de savoir entendre. « L’homme ne peut pas être coupable car il n’a pas commencé l’histoire, mais il ne saurait être innocent puisqu’il la continue. » (Albert Einstein)

ut facilisis lectus Praesent Lorem ut at eleifend sem, tristique non