Félicitations ! un auteur nous témoigne son entière satisfaction …

 

7écrit Editions est une maison d'édition à Paris qui a pour but de vous permettre d'éditer un livre en toute simplicité.

Laisser une réponse

Votre adresse mail ne sera pas publiée.Champs requis *

Vous devriez utiliser le tag HTML avec cet attribut: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

A propos de Jean-Jacques Georget

Né d’une mère chrétienne, j’ai grandi en baignant dans un univers catholique, commençant à m’intéresser à la Parole de Dieu dès l’âge de dix ans. Mes parents, me voyant toujours le nez dans la Bible, me présentaient comme « le prêtre » de la famille.

Mon intérêt pour Dieu allant grandissant, ma quête du savoir véritable m’a amené à traverser plusieurs courants religieux : judaïsme, christianisme, islam. Ma philosophie étant qu’il faut fréquenter les groupes spirituels, vivre en immersion dans chacun, pour en cerner véritablement la doctrine. Je me définis depuis près de trente ans comme le « frère des Enfants d’Abraham ».

Mon parcours personnel me permet d’affirmer ce qui suit : la foi en Dieu nous pousse à la connaissance de Dieu et de sa volonté, la connaissance à la méditation, la méditation à la compréhension, la compréhension à la tolérance, la tolérance à l’amour de notre prochain, et l’amour de notre prochain à la paix. La paix est donc le fruit de la plénitude de la connaissance et sa mise en pratique. Jean l’Ancien nous le précise dans sa première épître, chapitre 4, verset 8 : « Celui qui n’aime pas n’a pas appris à connaître Dieu, parce que Dieu est amour ». Et il complète au verset 20 du même chapitre en ces termes : « Si quelqu’un dit : "J’aime Dieu" et qu’il haïsse son frère, c’est un menteur ; car celui qui n’aime pas son frère qu’il voit, comment peut-il aimer Dieu qu’il ne voit pas ? » (la Bible par Louis Segond).

Le cheminement préalablement cité consiste donc en des étapes nécessaires à la réparation. La connaissance du très haut est libératrice. Elle nous délivre de l’ignorance que certains penseurs utilisent pour installer les hommes dans la méchanceté. Il faut donc encourager les hommes (entendons par là les hommes et les femmes) à développer, par l’acquisition de la vraie connaissance, l’amour véritable. Non pas un savoir né de la philosophie des hommes, qui limite souvent notre amour, mais celui qui vient de Dieu, et qui l’ouvre entièrement aux autres.

Sed risus pulvinar felis Phasellus ipsum ut leo. libero Aenean commodo id,