Le-temps-de-la-haine_couv

Le temps de la haine

Ebook : 9.99 
Livre Broché : 17.90 

Une cathédrale à côté de Beaubourg, berceau d’un chien de marbre. Un chat intemporel se promène d’histoire en histoire et vient bouleverser le chemin de vie de personnages qui n’ont pas de liens entre eux. D’un coup de patte ou d’un regard, il vient faire tourner la roue de la fortune au gré de ses pulsions.

Les acteurs de ces histoires semblent tous avoir leur destin en main, mais les forces invisibles de la névrose sont à l’œuvre, les menant malgré leur conscience à agir suivant le cadre de leurs pulsions inconscientes. Pulsions individuelles et pulsions collectives viennent se battre au grand jour, essayant chacune d’être le maître de leur destin.

Inconscient collectif et inconscient individuel viennent se briser en vagues sur le roc de la réalité, sous l’œil cynique de l’écrivain à la recherche de son propre chemin au milieu de la tempête.

Ce premier mouvement d’un ensemble de trois, pose les bases de la lutte qui s’annonce globale et universelle.

Ce geste à travers la haine débouchera-t-elle enfin sur l’amour ???

UGS : N/A Catégorie : Étiquettes : , Auteur : .
Effacer
Extraits du livre

Extraits du livre

Tous les chats sont gris, pourtant il ne fait pas nuit. Toutes les idées sont bonnes, il suffit juste de les rendre exploitables, mais pour cela il faut que le cerveau puisse fonctionner.

Tout univers humain a besoin d’une armée, même le paradis. Elle veillera à ce qu’aucun guide ne vienne enrôler les esprits perdus.

Les deux fantômes se saluent :

« À bientôt, j’espère !!! »

Comme si deux zombies pouvaient se croiser ailleurs qu’en enfer.

Détails du livre

Auteur

ISBN Ebook

ISBN Livre

Version

,

Les avis lecteurs

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Le temps de la haine”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Helder Vegaz

Helder Vegaz

De formation scientifique, j’ai toujours été fasciné par le pouvoir de la pensée, par le pouvoir de l’écrit, par le pouvoir du rêve. J’ai longtemps erré dans les alcôves de la psychologie, essayant de comprendre les autres, essayant de me connaître. C’est à travers le roman, la fiction la plus irréaliste mêlant les personnages les plus improbables dans les situations les plus grotesques, que j’ai eu envie de laisser parler mes névroses, mes angoisses, mes espérances. J’aime mettre sur la feuille toute la noirceur de l’âme humaine pour mieux explorer la lumière de l’espoir. J’écris avec le cynisme du passionné, passionné par les mots et leur musique, passionné par l’art, seule issue à nos maux.