Garrido Francois 1
Garrido François 2

C’est passé vite ! La vie d’un éphémère !

Ebook : 7.99 
Livre Broché : 17.90 

Au tournant de ma vie, j’ai voulu montrer la rapidité de notre passage sur Terre, que l’on imagine éternel.

Face à une population grandissante, sur une planète que l’on s’obstine à détruire uniquement pour le profit de certains, j’ai voulu prouver l’égoïsme, l’individualisme des êtres humains n’arrivant plus à s’aimer entre eux, tenter de montrer le chemin à suivre pour obtenir une vie meilleure où l’humain serait au centre.

Il y a des décennies que la marmite bout, et l’on arrive à un point de non-retour. Pour empêcher la fin de la civilisation humaine, j’exprime donc mon analyse et le virage politique qu’il faudrait à mes yeux amorcer.

Effacer
Extraits du livre

Extraits du livre

« Le projet de marché couvert ou de Halles n’arrivant pas, le nombre d’adhérents étant réduit, le manque de volontaires à la direction, m’obligent en 2005 à dissoudre avec regret notre association.

Ce fut une décision difficile à prendre, vu le manque de combattants, je ne pouvais plus continuer à exercer les fonctions de président, secrétaire général et trésorier de l’association que nous avions créée, qui avait rempli son rôle, pour laquelle son utilité était indéniable. Je savais que cela manquerait énormément pour la vie démocratique de la commune. »

 « Une enfance très paisible où j’ai pu m’épanouir, une entrée en matière dans la vie active et sentimentale très mouvementée, pour laquelle je ne regrette rien. La vie est ainsi faite, on reçoit des coups, lorsqu’on peut on en donne, mais elle mérite pour ma part d’être vécue.

Une vie sentimentale que nous avons vécue ensemble, (Vivre ensemble et vivre en même temps !) qui malheureusement a été momentanément interrompue, comme un couperet, le 25 mars 2015, lors du décès d’Agnès.

Un dicton dit que « Il faut être deux pour faire un » ce que nous avons fait tout au long de notre vie.

Dans ce livre, je ne jette la pierre à personne, je n’en veux à personne, j’assume entièrement mes responsabilités dans cette vie chaotique mais j’essaie de démontrer que si l’humain était un peu moins individualiste et égoïste, donnait un peu plus d’amour pour son prochain, la vie et le vivre ensemble serait meilleur. »

« Au vu de ce tableau noir que je vous ai présenté, une lueur d’espoir a commencé à naître depuis très peu d’année. C’est le réveil de certains individus, que l’on peut appeler « lanceurs d’alertes » qui comme ils peuvent, ont, tout azimut sur la planète, tenté de réveiller les consciences et donnant espoir qu’en s’en donnant la peine et en s’unissant on pouvait sauver le monde. Reste à savoir de quel coté on veut être pour que la mayonnaise puisse prendre, pour sauver notre planète et notre humanité.

Je citerai, dans les plus récents pour l’Espagne Pablo Iglesias de « Podemos », pour la France, Patrick Sébastien avec son « DAR », Nicolas Hulot avec ses actions sur l’écologie, et bien sûr Jean-Luc Mélenchon avec « les insoumis » qui nous proposent, comme en 1789 une révolution, mais celle-ci « citoyenne » sans les armes, uniquement grâce à l’intelligence humaine, vertu qui manque énormément aux politiques de tous les bords de l’échiquier et toute l’oligarchie qui veut décider à notre place.

Il n’y a pas d’autre alternative pour sauver l’humanité. »

Détails du livre

ISBN Ebook

9791032606902

Version

Ebook Téléchargeable, Livre Papier

Format Livre

126 pages

Auteur

François Garrido

ISBN Livre

9791032601914

Les avis lecteurs

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “C’est passé vite ! La vie d’un éphémère !”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : François Garrido

François Garrido

Fils d’un père émigré socialiste espagnol, il a une enfance et une existence qu’il qualifie de normale, militant acharné associatif, syndical et politique. Il essuiera pas mal d’embûches tout au long de sa vie où il a défendu le pauvre et l’opprimé, prôné le partage et la solidarité. Insoumis de naissance, rien ne l’arrête, il continue son chemin, toujours dans la même direction.