DE MON BALCON

De mon balcon

6.99 

Jeune enseignant dans les années soixante-dix, l’auteur a occupé diverses fonctions au sein de l’Éducation Nationale.

 Instituteur puis professeur ; ensuite, dans la deuxième partie de sa vie professionnelle, principal de collège, il nous ouvre les portes de son imaginaire.

 Racontant tour à tour ses jeunes années, son parcours dans ses « ailleurs » et les défis de son métier, il pose un regard critique, parfois amusé, sur les époques qu’il a traversées et le monde des adultes qu’il a côtoyés.

 

UGS : N/A Catégorie : Étiquettes : , Auteur : .
Effacer
Extraits du livre

Extraits du livre

« Alors que je déjeunais avec l’ami de famille, un vieil homme de quatre-vingt-dix ans, nous parlâmes de sa jeunesse et évoquâmes son passé.
Contre toute attente et alors qu’il avait déjà bien voulu aborder ses souvenirs, il se bloqua, refusant d’en dire davantage :
« Cela n’existe pas ».
Ce fut sans appel ; devant nos protestations, il relégua les effluves de sa mémoire au néant. »

« Haïti, Cap-Haïtien, avril 1974…
L’air est pesant, les pluies cycloniques sont arrivées. Les rues de la ville ont été submergées ; au milieu du liquide aux reflets moutarde, quelques voitures se frayent un chemin. De l’eau à mi-portière, crapauds ventripotents aveuglés par la bourrasque, elles ne reconnaissent pas la route et cherchent à éviter les pièges que l’on soupçonne sous le flot boueux : plaques d’égout arrachées, ornières profondes creusées par les remous. »

« Je suis à Périgueux, seul, face à ma fenêtre avec vue sur le vallon endormi où niche la ville qui s’éveille doucement, en ce dimanche matin, face au présent du jour qui s’annonce.
De mon balcon qui surplombe les rues alentour, le regard porte loin ; avec un peu d’imagination, jusqu’aux confins de ma mémoire. »

« Mon père avait toujours raison ; c’est vrai qu’il n’avait pas souvent tort ! Il expliquait quelque chose fort en détail, démontait un mécanisme de pensée, raisonnait pour en arriver à une conclusion logique qui prouvait que sa démarche était la bonne. Il terminait souvent par un « C.Q.F.D – Ce Qu’il Fallait Démontrer », qui marquait la fin de la démonstration. C’était sans appel et la discussion, si toutefois elle avait eu lieu, ne pouvait reprendre. Tout était dit. »

« Nous parlions beaucoup, elle et moi, des soucis ordinaires du quotidien mais aussi du sens de l’existence, de tous ces sujets qu’on effleure, si importants et qui nous échappent aussitôt. Parfois, elle m’offrait un rafraîchissement ou bien un thé qu’elle venait de préparer, avec un petit gâteau sec ; les échanges avec cette « grand-mère » de l’ailleurs me rassuraient, m’apaisaient, même si je repartais très vite dans ma vie de jeune chien fou. »

« Certaines des maisons que j’ai habitées n’existent plus ; tombées en vétusté, elles ont été remplacées par de nouvelles constructions, plus modernes, où toute trace s’est effacée ; détruites ou gagnées par la végétation luxuriante des immeubles du progrès qui ont mangé la place, entourés de leurs routes d’accès qui serpentent et s’enroulent en courbes vipérines. »

Noté 5.00 sur 5 basé sur 1 notation client
(1 avis client)

Détails du livre

Auteur

ISBN Ebook

Version

,

Format Livre

ISBN Livre

Les avis lecteurs

1 avis pour De mon balcon

  1. Note 5 sur 5

    Jeannine Siozac

    Un périple à travers le temps et la géographie personnelle d’un homme, curieux des lieux et attentif aux rencontres qui ont jalonné son parcours. J’ai aimé ce roman qui, au fil des chapitres, parle à notre propre sensibilité.

Ajouter un Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Christian Niaussat

Christian Niaussat

L’auteur a grandi dans les années cinquante, aîné d’une famille de trois enfants. Son imaginaire s’est développé dès l’enfance, lors de l’itinérance liée aux mutations professionnelles de son père. Ce goût pour les déplacements a perduré ; enseignant, il occupe des postes divers, parfois hors des limites de l’Hexagone. Ainsi, on le retrouve en Haïti sous le « règne » de Baby Doc dans les années soixante-dix, vingt ans plus tard au Maroc sous Hassan II et plus récemment sur l’île de la Réunion. Voyageant aussi dans son passé, il nous donne à vivre différents « espaces-temps » de sa propre existence. Conscient des années qui défilent toujours trop vite, il se demande, aujourd’hui, si ces moments ont jamais existé, ailleurs que dans son souvenir…