la-gloire-dagnes_1500
la-gloire-dagnes_4e

Le disloqué ou le triomphe d’Agnès

Ebook : 7.99 
Livre Broché : 18.90 

Éloi Reissac a autorisé le prélèvement de ses organes en cas de décès, il est trouvé sans connaissance sur le trottoir, pris en charge par un établissement spécialisé dans la transplantation d’organes, Éloi est maintenu en état végétatif.

En phase de prélèvement, privé de cœur, de poumon, de système digestif, en cours de prélèvement de son système de reproduction, et bientôt de ses quatre membres, contre toute attente, Éloi s’éveille.

Un contact est établi avec Agnès. Celle-ci gère avec maestria, à l’aide d’une équipe de médecins spécialisés et bons vivants la poursuite des prélèvements du corps d’Éloi et la survie de celui-ci. Sa famille subira le même sort qu’Éloi sans le réveil, à l’exception de sa fille Anne, la manipulatrice.

UGS : N/A Catégories : , Étiquettes : , Auteur : .
Effacer
Extraits du livre

Extraits du livre

Après une vingtaine de clignements d’yeux, aucun doute n’est possible, ce visage c’est le sien et le corps ou ce qu’il en reste, c’est le sien. Les blouses blanches qui s’agitent autour de lui sont là pour le dépecer.

Que faire ? Mais que faire ?

Éloi prête attention à ce qu’il se dit entre les praticiens. Précédemment pris par ses investigations visuelles il n’avait perçu qu’un brouhaha sans signification.

Éloi ferme les yeux et écoute.

C’est l’équipe d’urologues qui est en action.

  • Docteur Benoît, on peut y aller, le client va être content, on lui fournit un excellent matériel. Bonne prestance, bonne production. Ce type-là devait être un fameux gaillard. Jusqu’à aujourd’hui tout est bon, comme dans le cochon.

Page 24 lignes de 7 à 22

Agnès entreprend de mettre en œuvre le cadeau qu’elle a préparé pour Éloi. Elle n’est pas une professionnelle du strip-tease mais la motivation qui l’anime lui tient lieu d’expérience.

Elle présente un numéro de déshabillage digne des meilleurs établissements spécialisés, elle fait valser joliment son joli costume et les jolis dessous sous le joli costume, elle s’offre à lui, telle Vénus sortant de l’onde.

Éloi est hypnotisé. L’injection du « produit à rendre un bœuf fécond » est efficace durant les cinq minutes que dure la prestation d’Agnès et bien après. L’adage « dans le cerveau d’un homme, il n’y a qu’un sexe » est vérifié.

Agnès franchit la porte, elle se présente à Éloi de dos, nue comme aux premiers temps et le salue d’un très joli mouvement latéral de son joli derrière.

Page 42 lignes 9 à 23

Arrivent les neurologues. Ils sont joyeux. L’intervention à laquelle ils se sont préparés les intéresse beaucoup, elle les amuse même. Remettre debout une paire de jambes, deux bras et une tête pour piloter le tout à de quoi réjouir ces professionnels, plus familiers du démontage que de la restauration.

Agnès s’est éclipsée, après avoir expliqué aux neurologues le fonctionnement du système de communication par écran interposé.

-Il est prêt le rescapé ?

-Oui je suis là sur la table d’intervention.

-On peut dire que vous avez de la chance vous !

-Vous croyez ? Moi, je pensais plutôt que la chance m’avait abandonné.

-Et voilà, Agnès nous avait prévenus, vous êtes un éternel pessimiste. Reprenez-vous que diable ! Vous pouvez encore choisir entre le démontage et la remise en marche. Soit l’un, soit l’autre. Pile ou face ?

 

Page 50 lignes 1 à 18

 

C’est Emmanuelle qui s’y colle.

-Dans notre projet, nous sommes allés à l’essentiel.

L’essentiel dans le cas Éloi c’est la tête et le rachis. Il nous fallait absolument conserver cet ensemble intact, le reste est accessoire. Nous avons Édouard et moi….

 

-Il faut que je vous dise, Édouard et moi, nous formons une équipe très soudée nous sommes accoutumés à travailler ensemble depuis un certain temps déjà. Édouard il est très gentil avec moi, câlin et tout et tout, surtout quand nous sommes sous la douche, j’aime bien ses mains sur ma peau, même que parfois il exagère un peu, alors je lui réponds de la même manière. Les choses doivent rester équitables me semble-t-il. Parfois nous perdons le sens du temps, c’est super et puis……

Où en étais-je ? J’ai perdu le fil !

Ah oui, Édouard et moi on a conçu un ensemble bras jambe plus performant que l’original. Pour ne prendre qu’un exemple ; les épaules peuvent descendre au niveau du bassin, c’est plus pratique pour ramasser un objet sur le sol. On appelle ça, les épaules baladeuses. Ça serait bien si Édouard…… Édouard ce sont les mains qui sont baladeuses, remarquez, je ne m’en plains pas, ce serait bien si….

 

Page 184 lignes 18 à 23 & page 1 à 12

 

Détails du livre

Auteur

Daniel Cassier

ISBN Ebook

979-10-326-0674-2

Version

Ebook Téléchargeable, Livre Papier

Format Livre

279 pages

ISBN Livre

9791032601754

Les avis lecteurs

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Le disloqué ou le triomphe d’Agnès”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Daniel Cassier

Daniel Cassier

Daniel CASSIER nait en 1936 à Bagnolet. Son père est prisonnier en juin 1940, Daniel est « placé » à la campagne, il doit trouver sa place dans une fratrie de trois petits paysans. « Parigot tête de veau, Parisien tête de chien ». Cette situation détermine probablement ses engagements futurs. A la fin de la guerre, Daniel découvre père mère et sœur à Bagnolet. Il obtient le Certificat d’Etude Primaire, puis un CAP d’ajusteur. Il commence sa vie professionnelle comme dessinateur, il deviendra chef de bureau d’étude. 1956, c’est le service militaire, vingt sept mois en Afrique du nord. Le 13 mai 1958 à Alger, il assiste incrédule à la prise du pouvoir par l’armée. Novembre 1958, c’est le retour à la vie civile, le travail est abondant, il n’y a qu’à choisir. A cinquante ans, après sa mise au placard, il s’investit dans le syndicaliste actif. Il est licencié à cinquante six ans, poursuit dans le syndicalisme judiciaire. A soixante ans il est breveté pilote privé d’avion.