couverture-grand-coeur-malade-150×207

Grand coeur malade

Ebook : 7.90 
Livre Broché : 17.90 

La perte d’un enfant n’est pas dans l’ordre des choses, mais le vivre seul entre les quatre murs d’une prison, est un calvaire sans nom…

UGS : N/A Catégorie : Étiquettes : , Auteur : .
Effacer
Extraits du livre

Extraits du livre

La perte d’un enfant n’est pas dans l’ordre des choses, mais le vivre seul entre les quatre murs d’une prison, est un calvaire sans nom…
« t’écrire…te parler pour continuer à vivre » dit ce père à son fils disparu.
Véritable témoignage d’un douloureux chemin et d’un retour à la vie.
Par ce monologue son fils mort revit dans sa mémoire et l’aide à devenir ce qu’il est vraiment, à s’épurer jusqu’au cristal, dont il sortira grandit.
Un livre émouvant et pudique à l’extrême.Une grande leçon de vie, où quand tout paraît fini, tout est encore possible et où le pire n’est jamais certain…

Détails du livre

Poids 0.200 kg
Auteur

Marc-Henry Solange

Version

Ebook Téléchargeable, Livre Papier

ISBN Livre

978-2-35897-150-8

ISBN Ebook

978-2-36849-029-7

Format Livre

172 pages

Les avis lecteurs

6 avis pour Grand coeur malade

  1. :

    J’ai littéralement avalé votre livre… Merveilleux témoignage d’amour d’un père à son fils, écrit en toute simplicité avec les mots justes. Pour avoir vécu la perte d’un enfant, je me suis totalement retrouvée dans votre détresse.
    J’avais mal pour vous qui avez du vivre toute cette souffrance, privé de votre liberté. J’ai aussi découvert le milieu carcéral et en toute franchise je me suis dit que c’était ce qui attendait l’assassin de ma fille. Merci Françoise.

  2. :

    Dans un style fluide, sobre et dénué d’artifices inutiles, l’auteur parle « vrai » et n’hésite pas à mettre à nu sa souffrance morale de père ô combien émouvante. Impossible de rester insensible à ce vibrant témoignage d’un mélange d’humilité et de dignité jusque dans l’adversité la plus noire: celle de la perte d’un enfant, de surcroît dans des conditions d’isolement carcéral… Je suis persuadée, Monsieur Solange, que vous avez trouvé, sans nul doute, la manière la plus belle qui soit de célébrer votre fils, à travers cet ouvrage auquel je souhaite de « tout coeur longue vie »… Respect.

  3. :

    Sydney peut être fier de son père qui revient de loin grâce à lui et pour lui; et comme ils se ressemblent ce père et cee fils…Très beau livre en effet et je suis convaincue que nous pouvons et devons communiquer avec ceux qui nous étaient si chers et qui nous ont seulement devancé dans l’au-delà…merci pour ce si bel espoir et cette énergie de vivre.

  4. :

    Bonjour Monsieur Solange,
    Je viens de lire « Grand coeur malade », témoignage particulièrement touchant sur le pire des drames humains, la perte d’un enfant. « Ce n’est pas dans l’ordre des choses ». Ce n’était pas, non plus pour vous, dans un environnement chaleureux, captif d’une administration barbare. Cependant, Sydney ne vous quitte pas, il vous accompagne, vous encourage à continuer, à vous dépasser, à entreprendre encore. Il doit être fier de vous.
    Vous promettez à votre fils de dire toute la vérité sur votre parcours dans « Un bruit qui court à Monaco ». Je l’ai donc lu, je devrais dire dévorer. Je ne doute pas de la véracité de vos écrits ayant moi-même eu à affaire aux banques et au monde des affaires, à un niveau bien inférieur toutefois. Pourtant, quelque soit l’importance d’une entreprise, les problèmes restent les mêmes. En tout cas j’admire votre dynamisme, votre conviction et votre soif de réussite. Je vous souhaite aujourd’hui de réussir encore dans vos nouveaux projets, sous la bienveillante protection de Sydney.
    Bien cordialement,
    Nelly Riquet

  5. :

    La perte d’un enfant est particulièrement douloureuse pour une mère comme pour un père et tous les autres membres de la famille. C’est en effet l’absence d’une personne que nous aimons plus que tout au monde. Le processus normal de la vie, les parents devraient partir avant mais alors comment lutter contre cette douleur qui nous a brisé à jamais le coeur, et qui nous a enlevé tout goût à la vie. Le temps effacera certes, et même l’ image disparaitra, mais on le sait, on ne doit pas se le cacher, tout est à jamais gravé rien ne peut s’effacer. On voudrait revenir en arrière mais rien n’est plus possible alors que faire…… Mourir ou vivre. Cher Marc-Henry, la vie est précieuse tu te dois de vivre pour lui, d’ailleurs il serait fier de toi, pour ton énergie ta bataille ton courage et ton dévouement pour les autres. On est tous destiné à partir un jour, on se retrouva tous dans cet autre monde ou Dieu nous réunira pour vivre en paix et dans l’amour des uns et des autres, il faut juste lui demander de nous tendre la main pour avancer avec un peu de joie de tendresse et d’amour en compagnie de tous ceux qui t’aiment et tous ceux que tu vois pas et qui t’aiment à travers tout ce que tu fais et tes écrits qui nous donnent de l’énergie du courage pour surmonter nous aussi tous nos problèmes de la vie …. Merci à toi je vais lire tes autres ouvrages…..

  6. :

    Parce qu’après avoir vécu le pire, le meilleur reste à venir…
    Parce que la mort d’un être cher, qui plus est de la déchirure qu’elle provoque que celle-ci le soit par la perte de son propre enfant, n’est jamais sans conséquence sur l’existence de ses SURvivants.
    Parce qu’alors la vie prend un autre sens par cette nouvelle et sinistre réalité.
    Parce qu’il est doux de savoir que désormais votre propre vie est éclairée de la lumière que le défunt a enfin trouvé et qu’il irradie lui même et à jamais sur votre propre vie…
    Parce que ce livre est écrit d’encre de larmes de sang.
    Parce que ses mots ne cherchent pas les pirouettes littéraires mais démontrent en pure sincérité et spontanéité le partage et l’amour de la vie.
    Parce qu’il faut s’aimer vivants et se le dire obstinément.
    Parce que sa propre douleur fait référence…révérence.
    Parce qu’il faut se réjouir du bonheur d’avoir connu de belles âmes, plutôt que de pleurer leur absence.
    Parce que par la mort de son propre fils, Marc-Henry Solange a vécu sa propre renaissance et qu’il nous offre son expérience, puisse-t-elle a chacun de nous faire collège et exemple humainement…lui qui jusqu’ici n’en était pas une socialement.
    Parce qu’il nous le narre en toute sincérité et simplicité…parce qu’il écrit avec son cœur, plus grand et malade que jamais…à jamais.
    Si la base de sa prise de plume est un exutoire, le somme de tous ces mots (maux) devraient nous faire à tous « réveillance »…

Ajouter un Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Marc-Henry Solange

Marc-Henry Solange

Marc Henry Solange est né en Algérie à Oran. Son enfance se passe au sein d’une famille unie, sans problème, jusqu’au jour où suite aux événements de la guerre d’Algérie, lui et toute sa famille doivent s’exiler en France , à Lyon. Durant son adolescence, il connaîtra des déboires avec la justice.. En 1984, il part s’installer sur la côte d’azur où il deviendra un grand chef d’entreprise. On lui décernera en 1988, le GRAND PRIX DES ENTREPRISES FRANCAISES. Mais un jour, son passé lointain le rattrape et il se retrouve en prison pour une affaire commerciale….