Roland_Gaillon_Ma_France-web-couv-face

La France qu’ils aimaient

Ebook : 9.99 
Livre Broché : 19.90 

Saga familiale. Au début du XXème siècle, l’Ukraine fait partie de l’Empire russe. Le tsar Alexandre III est un chrétien orthodoxe antisémite et favorise les pogroms contre les Juifs dans son empire. Après une de ces exactions pendant laquelle le rabbin d’un petit village juif près de la mer Noire est assassiné en même temps que sa femme, une partie de sa famille décide de partir à Odessa puis d’émigrer en France, patrie des droits de l’homme. L’assimilation sera rapide, dès la génération suivante, les fils sont des Français comme les autres. C’est l’histoire de la branche paternelle.

1871, à Saint-Avold, en Moselle : la branche maternelle de la famille, française depuis plusieurs siècles, juive mais sans aucune attache avec le judaïsme, décide de migrer à Paris, pour ne pas devenir des Prussiens, à la suite de l’annexion de l’Alsace et d’une partie de la Moselle par l’Empire germanique. L’implantation parisienne est une réussite et les affaires prospèrent.

1935 : mariage entre la fille des grands bourgeois français et le fils de l’émigré ukrainien. L’assimilation à la France est complète, il ne subsiste aucune attache avec le judaïsme en dehors de la persistance de quelques coutumes.

1940 : l’antisémitisme du régime de Vichy rattrape les deux familles. Le côté maternel se réfugie dans la clandestinité de même que les deux enfants du couple, mais les parents sont déportés et assassinés à Auschwitz. La France sur laquelle ils comptaient les a trahis.

UGS : N/A Catégories : , Étiquette : Auteur : .
Effacer
Extraits du livre

Extraits du livre

Saga familiale. Au début du XXème siècle, l’Ukraine fait partie de l’Empire russe. Le tsar Alexandre III est un chrétien orthodoxe antisémite et favorise les pogroms contre les Juifs dans son empire. Après une de ces exactions pendant laquelle le rabbin d’un petit village juif près de la mer Noire est assassiné en même temps que sa femme, une partie de sa famille décide de partir à Odessa puis d’émigrer en France, patrie des droits de l’homme. L’assimilation sera rapide, dès la génération suivante, les fils sont des Français comme les autres. C’est l’histoire de la branche paternelle.

1871, à Saint-Avold, en Moselle : la branche maternelle de la famille, française depuis plusieurs siècles, juive mais sans aucune attache avec le judaïsme, décide de migrer à Paris, pour ne pas devenir des Prussiens, à la suite de l’annexion de l’Alsace et d’une partie de la Moselle par l’Empire germanique. L’implantation parisienne est une réussite et les affaires prospèrent.

1935 : mariage entre la fille des grands bourgeois français et le fils de l’émigré ukrainien. L’assimilation à la France est complète, il ne subsiste aucune attache avec le judaïsme en dehors de la persistance de quelques coutumes.

1940 : l’antisémitisme du régime de Vichy rattrape les deux familles. Le côté maternel se réfugie dans la clandestinité de même que les deux enfants du couple, mais les parents sont déportés et assassinés à Auschwitz. La France sur laquelle ils comptaient les a trahis.

Noté 5.00 sur 5 basé sur 1 notation client
(1 avis client)

Détails du livre

Auteur

Version

,

ISBN Livre

ISBN Ebook

Format Livre

Les avis lecteurs

1 avis pour La France qu’ils aimaient

  1. Note 5 sur 5

    Humphrey

    Passionnant. Des le début….

Ajouter un Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Roland Gaillon

Roland Gaillon

Roland Gaillon est médecin généraliste retraité. Il a été maire adjoint délégué à la Culture à Châtellerault pendant 2 mandats à dater de 1983. Après avoir pris sa retraite, il a fait des études de théologie au Centre théologique de Poitiers, sous contrôle de la Faculté catholique de l’Ouest (Angers) puis à l’Institut catholique de Toulouse. Il a publié une autobiographie sous le titre L’étoile et la Croix en 2010. Très réticent à écrire le premier livre, une autobiographie, il a pris goût à l’écriture et voici sa troisième publication.