Légendes-oubliées_couv copie
Légendes-oubliées_couv

Les légendes oubliées – tome 1 : les amazones

Ebook : 9.99 
Livre Broché : 20.90 

Lorsqu’un groupe de femmes, appelé par le commun des mortels « amazones », attaque des convois de vivres, James Arthura, prince d’un royaume torturé par la cupidité de son voisin, ne s’en soucie pas vraiment. Mais lorsque ces mêmes femmes s’en prennent aux bateaux chargés des plus beaux cadeaux destinés à sa future promise, là c’en est assez ! Afin de retrouver la trace de ces femmes, il va devoir comprendre leurs objectifs. Mais la réalité du devoir le rappelle à l’ordre : la guerre fait rage et de vieilles connaissances refont surface… Sa future promise doit être l’équilibre de son esprit et de sa vie. Mais, il devra vite se rendre à l’évidence : il ne pourra allier ses propres volontés, les différents destins croisés et une rencontre… qui reste inévitable…

Effacer
Extraits du livre

Extraits du livre

Il y a de cela bien des années, à l’époque où la magie vivait encore en ces lieux, une guerre terrible eut lieu, commença-t-il alors. Bien que Franck ait tiqué au mot magie, il poursuivit : La raison est floue pour tout le monde, toujours est-il qu’elle opposait deux grands rois. Dans une guerre, il y a toujours des campagnes gagnées et parfois des terrains perdus. Mais un seul roi était assez magnanime pour laisser vivre les citoyens de l’autre camp lorsqu’il progressait dans les terres ennemies. L’autre roi, lui, ne laissait derrière lui que le ravage. Il paraîtrait que ses hommes, des guerriers impitoyables, avaient pour mission de tuer les enfants et les vieillards, de mutiler et violer les femmes.

Les hommes en âge de se battre étant enrôlés dans les armées, les villages étaient laissés à la merci de ces barbares.

La légende veut qu’à cette époque, quelques femmes aient eu assez de force et de courage pour s’enfuir dans les bois. Bien que chacune d’entre elles soit brisée par ce qu’on leur avait fait, elles décidèrent de se regrouper ensemble dans la forêt afin de s’aider mutuellement et retrouver assez de force pour vivre. Mais certaines, aveuglées par la vengeance, s’entraînaient nuit et jour afin de devenir, à leur tour, d’incroyables guerrières. L’un des anciens de notre village alla jusqu’à dire qu’elles se coupaient un sein pour mieux tirer à l’arc.

Toujours est-il qu’il ne tient qu’à la sagesse de l’une des plus anciennes si aucun sang ne fut tiré : celle-ci convainquit ses sœurs de cœur de laisser tomber leur vengeance, qu’il ne fallait en aucun cas qu’elles ne deviennent comme leurs bourreaux, et que c’étaient elles, maintenant, les « hommes » du village. Sans ces guerriers femmes, aucune de celles qui survivaient dans les bois ne pourrait vivre plus d’une journée. Ces mêmes femmes acceptèrent donc de ne rien tenter mais toujours selon la légende, elles tuaient chaque homme s’approchant d’un peu trop près de leur refuge caché. Elles se seraient même fait appeler « Amazones » !

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*

Pendant ce temps-là, Ellie passa sa tête entre la corde tendue de son arc afin de l’ôter de son épaule. Elle prit quelques flèches dans son carquois. Les soupesant chacune puis les classant devant elle en plantant légèrement les flèches dans le sol, presque tendrement. Puis elle bandit son arc deux ou trois fois, testant la résistance.

 

Bien qu’elle le connaisse par cœur, cette étape lui permettait de vider sa tête de toute source de déconcentration. Puis elle arma sa flèche. La pointant vers l’homme le plus loin d’elle mais le plus proche du carrosse. C’est à ce moment-là qu’elle entendit un rugissement de couguar. Et comme elle l’avait prédit, elle vit trois des six chevaux s’enfuir en direction opposée au cri, emmenant avec eux les soldats. L’un d’entre eux se fit désarçonner mais deux serrèrent les rennes entre leurs mains, montrant ainsi à leur monture qui commandait. Sans se poser plus de questions, une flèche fila entre le groupe, une seconde suivit presque aussitôt.

 

Puis ce fut un poignard à manche courte dans l’autre direction. Une flèche et un poignard s’entrecroisèrent. Et avant qu’il ne puisse comprendre ce qui se passait, le chef du groupe de soldats se retrouva avec le seul autre homme qui avait réussi à échapper à la pluie infernale. Sans prendre le temps de respirer, il dégaina son épée. Et c’est là qu’il les vit : deux femmes. Chacune arrivant d’une direction opposée, légèrement baissées comme pour éviter que l’on devine leurs tailles, rapides et souples, tout en légèreté.

 

— Ne sortez pas de là ma dame, nous nous faisons attaquer, informa-t-il pour la personne voyageant dans le carrosse.

— Quoi… Mais ? retentit alors une voix féminine chevrotante, non de peur mais à cause d’un âge certain.

— Restez à l’abri, nous nous débarrassons des opportunes et nous revenons vous voir.

 

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*

Elle sentit alors une brève poussée dans son dos. Hannah lui suggérait, sans pudeur, de se jeter sur le prince. Elfie, elle, par contre, n’en menait pas large. À ses yeux, Eléanore comprit qu’Elfie ne souhaitait en aucun cas qu’elle y aille. Après tout, avant que le prince ne débarque en les interrompant, elles comptaient passer à l’étape deux de leur plan. Ce n’était pas vraiment le moment de partir et de les laisser. Bien que le plan puisse souffrir de quelques minutes de retard, Eléanore savait que ce n’était pas une bonne idée de danser avec le prince. Certes, son costume et son masque l’empêcheraient probablement de la reconnaître mais si tel n’était pas le cas ? Tant d’épreuves, pour rien. Le risque en valait-il la chandelle ?

 

Et pourtant. James était ce que l’on pouvait qualifier de bel homme. Sa chemise légère entrouverte sur sa poitrine, moulant les muscles de sa poitrine, laissait voir les muscles de ses bras. Sans compter sa grandeur qui semblait vous envelopper tel un manteau. Quelle impression pouvait-on ressentir à se retrouver dans ses bras l’espace d’un instant ?

 

Stop, elle devait cesser de penser à cela si elle voulait garder son esprit clair. Elle devait encore finir la mission qu’elle s’était donnée ce soir et danser avec James n’en faisait pas partie. Elle releva la tête afin de croiser son regard, dans le but de refuser poliment. Pourtant, sans qu’elle ne sache pourquoi, sa main se tendit d’elle-même pour aller retrouver celle de James. Tellement chaude. Et calleuse. Comment les mains d’un prince pouvaient être aussi rudes alors que tout travail physique lui était évité ? Elle cessa de se poser ce genre de questions dès que son regard croisa le sien. Elle se noya alors dans son regard azur.

 

Détails du livre

Auteur

Emilie Loyer

ISBN Ebook

979-10-326-0592-9

Version

Ebook Téléchargeable, Livre Papier

Format Livre

439 pages

ISBN Livre

979-10-326-0093-1

Les avis lecteurs

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Les légendes oubliées – tome 1 : les amazones”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Emilie Loyer

Emilie Loyer

La littérature la berce depuis l’enfance, enchaînant des romans d’aventures, de féerie ou encore de fantasy. Elle ruine ses parents en achat jusqu’au jour où un ordinateur portable vient se mettre entre ses mains. Attirée par les différents styles d’écriture et poussée par son imaginaire, l’auteur commence alors à écrire. Après quelques essais, son premier ouvrage « les légendes oubliées » sort de ses entrailles. Les légendes et les êtres féeriques naissent alors avec ce tome, c’est le commencement pour l’auteur et son héroïne d’une aventure hors du commun.