SACM_1500

Mort d’un empire industriel -SACM-Microcosme de la France

Ebook : 9.99 
Livre Broché : 19.90 

La Société Alsacienne de Constructions Mécaniques, née d’un entrepreneur autodidacte protestant, puis passée aux mains de la finance et sous-dirigée par des banquiers allemands, puis aux mains d’une holding polytechnicienne catholique, était un empire industriel durant plus d’un siècle et demi. Elle constitue un véritable modèle réduit de la France. Cette entreprise s’était pourtant constamment adaptée à l’évolution du monde, mais a été progressivement disloquée en plusieurs morceaux éliminés les uns après les autres. Son dernier morceau, le Diesel, très bien implanté dans un marché mondial important, avait un bel avenir devant lui quand il a été liquidé à la suite d’une incroyable succession de bévues gestationnelles, que nous relate l’auteur. Il établit aussi le parallèle avec la gestion de la France et anime cette prose sévère de nombreuses anecdotes amusantes

Effacer

Détails du livre

Auteur

Jacques Delesalle

ISBN Ebook

979-10-326-0605-6

Format Livre

296 pages

ISBN Livre

9791032601068

Version

Ebook Téléchargeable, Livre Papier

Les avis lecteurs

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Mort d’un empire industriel -SACM-Microcosme de la France”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Jacques Delessale

Jacques Delessale

Jacques Delesalle a été directeur technique du Département Diesel de la SACM de 1972 à 1987. Il avait été auparavant chef des services calculs, recherches et essais de la Société d’Études de Machines Thermiques pendant 10 ans, puis directeur des Études et Développements de la société Bernard Moteurs. Un parcours industriel entièrement consacré aux machines thermiques, qui l’a conduit aux fonctions annexes d’expert judiciaire et de professeur à l’École Nationale Supérieure des Moteurs à Combustion Interne et du Pétrole. Il est Docteur en Physique Nucléaire, mais son gout prononcé pour la mécanique et plusieurs stages d’étudiant dans des entreprises motoristes ont été déterminants