Mortelle-mépris-e_1500
Mortelle-mépris-e_couv

Mortelle mépris-e : L’image numérique et la faillite du rationalisme.

Ebook : 9.99 
Livre Broché : 19.90 

On veut nous faire croire ce matin que les peintures rupestres de Lascaux ou de la grotte Chauvet sont la « source de l’art », conception positiviste et matérialiste qui nous condamne à n’y rien comprendre ! Car les sociétés traditionnelles méconnaissent « l’art » et ignorent toute prétention artistique, le rituel et le sacré, pourvoyeurs de sens, étant leurs seules références. D’où un dialogue constant avec l’Invisible.

Or, nous soutenons, avec la complicité de scientifiques oubliés, dont bon nombre de physiciens actuels, que c’est ce divorce d’avec l’Invisible (ou d’avec une Transcendance) amorcé il y a plusieurs siècles, qui nous conduit aujourd’hui et de manière inéluctable au collapsus économique, écologique et social annoncé, dans le chaos et la barbarie. Avec le soutien actif et benêt de la vidéosphère : le numérique et l’image comme justificatifs et fin.

Effacer
Extraits du livre

Extraits du livre

P 4 « Le XXIème siècle sera mystique ou ne sera pas » lançait dans les années 1970 André Malraux au journaliste et académicien André Frossard. Celui qui fut Ministre d’État, chargé des Affaires culturelles de plusieurs gouvernements durant quasiment dix années, cet agnostique nostalgique du divin ne saura jamais éclairer véritablement ses intuitions fulgurantes, ni celle-ci en particulier.

Il se trouve que les dernières avancées scientifiques peuvent le faire aujourd’hui sur ce point, créant un vertige insoutenable pour certains, inévitablement récupéré par d’autres fondamentalismes. Dieu étant définitivement mort pour les uns, ou le père Fouettard pour les autres, il n’est donc pas aisé de parler de transcendance aujourd’hui sans se heurter de front à un simplisme de position tenant lieu de pensée !

P 11 Les différentes étymologies, toutes issues de la racine-mère Maya, rappellent pourtant ce qu’est l’image dans la tradition orientale, et médiévale en Occident : une représentation du réel, une incarnation visible d’un autre plan de la réalité qui ne peut pas l’être.

 

P 5 Pourquoi avons-nous abandonné cette sagesse millénaire ? Parce que l’occidental moderne s’est cru autorisé, par un mépris d’une banalité consternante lui commandant de faire table rase du passé et de soi-disant croyances exotiques, à n’en croire que ses appareils de mesure et de vision.

Avec le succès que l’on sait… dont les générations montantes commencent sérieusement à douter. Avec quelques raisons semble-t-il, parce que ce sont elles qui en font les frais !

P 150 La laïcité peut donc, pour peu qu’elle valide l’hypothèse mystique, et donc les cheminements de la raison et de l’intuition foncièrement indissociables pour la Connaissance, représenter une réelle opportunité de protection des consciences et du libre arbitre. Qu’elle reconnaisse l’invitation de la spiritualité sans se voir le bras tordu vers une quelconque confession serait le moyen de sortir de l’impasse la tête haute. Cela représenterait également l’occasion exceptionnelle et congruente de bâtir le socle d’un nouveau modèle d’organisation économique et sociale plus respectueux et équitable sur tous les plans ! L’enjeu est de taille.

P 152 Se pose donc, et de manière urgente une fois de plus, la question de la pérennité à la fois de modèles économiques et sociaux, mais avant tout de constructions intellectuelles qui révèlent leur profonde inconsistance et leur défaillance, se rêvant incontournables et immuables quand leur implosion probable est pour demain matin…

 

Détails du livre

Auteur

Luc-Thierry Rossi

ISBN Ebook

979-10-326-0568-4

ISBN Livre

979-10-326-0069-6

Version

Ebook Téléchargeable, Livre Papier

Les avis lecteurs

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Mortelle mépris-e : L’image numérique et la faillite du rationalisme.”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Luc-Thierry Rossi

Luc-Thierry Rossi

Compagnon menuisier du Devoir du Tour de France depuis 30 ans, son parcours atypique a dès lors traversé les domaines de l’artisanat, de l’agro-écologie, de l’art et des médias, autorisant un regard croisé sur notre monde moderne, autant qu’une exploration transversale et sociologique de l’inondation imagière que nous subissons. Regard décalé sur notre société, mais non recherché, déclenché par une grille de lecture fortement teintée de spiritualité et puisant largement dans la Tradition. Tout ce qui fait sens le passionne, tout ce qui crée de l’harmonie l’enthousiasme, la nature est son domaine, car tout ceci le ramène à la nostalgie de ses origines.