nous-serons-tous-pauvres_web
Nous-serons-tous-pauvres-et-tant-mieux-4eme-couv

Nous serons tous pauvres et c’est tant mieux

Ebook : 4.99 
Livre Broché : 14.90 

Dans les rayons de nos libraires aux abois, les livres qui nous rappellent la crise ne manquent pas.

UGS : N/A Catégorie : Étiquettes : , Auteur : .
Effacer
Extraits du livre

Extraits du livre

Dans les rayons de nos libraires aux abois, les livres qui nous rappellent la crise ne manquent pas. Ils sont nombreux à nous informer, à nous expliquer. Les plus audacieux nous conduisent même à l’indignation et à la révolte.
Ni économiste, ni sociologue, ni philosophe, ni même écrivain, j’avais juste envie de partager, en un jet, mon expérience personnelle. Et dire à qui voulait l’entendre que cette crise qui m’a donné un coup de bambou m’a surtout donné, comme elle peut le donner à d’autres, un fameux coup de chance.

Détails du livre

Poids 0.200 kg
Auteur

Benoit Pirson

Version

Ebook Téléchargeable, Livre Papier

ISBN Livre

978-2-36849-187-4

ISBN Ebook

978-2-36849-188-1

Format Livre

97 pages

Les avis lecteurs

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Nous serons tous pauvres et c’est tant mieux”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Benoît Pirson

Benoît Pirson

Benoît Pirson a vécu son enfance dans trois endroits à la fois. Une petite ville de la vallée mosane, une famille sereine et un bain de chance. Bon élève en culottes courtes, il se fait cancre invétéré durant les années collèges. Sans diplôme, il travaille comme palefrenier, ouvrier agricole et forestier. Puis, hasard d’amitié et d’amour de la plume, il entre dans ce métier sublime de la pub. La Pub. C’est gai, c’est facile, ça paye bien, ça permet de voyager, c’est bien vu. Ou plutôt, c’était. Viré à cinquante ans, puis reviré encore, puis reviré définitivement ou à peu près car la pub ne veut plus trop de lui. Ca tombe bien, il n’en est plus très amoureux non plus. Le fric y prend trop de place. Et donc en laisse moins, de moins en moins, à la créativité, à l’intelligence, au respect, à l’éthique. Mais la passion de créer elle, reste un bonheur. La perte de son boulot devient une opportunité et lui laisse le temps de remettre ses propres pendules à l’heure, d’écrire pas sur commande et d’animer un atelier créatif à l’Ecole Supérieure des Arts à Bruxelles. Section pub évidemment. Histoire que des jeunes rêvent et apprennent enfin à la faire autrement.