Diego-Bergerac-Si_Conte-Mest-Permi-web-couv-face

Si conter m’était permis

Ebook : 6.99 
Livre Broché : 12.90 

Quelques instants de vies et d’émotions. Quelques réflexions jetées sur le papier, si quelques-unes attirent l’attention, alors c’est partie gagnée, un instant de communion avec un inconnu, quoi de plus précieux ?

UGS : N/A Catégories : , Étiquettes : , Auteur : .
Effacer
Extraits du livre

Extraits du livre

Au début il y eut un con
Puis quand ils furent deux
Le premier changea de nom
Et devint Dieu

Vieillir c’est à chaque tombe poser un visage
C’est parler en décennies avec un autre âge.

Puisqu’il faut tuer privilège,
Remodeler la nation,
Abolir impôts sacrilèges,
Je propose révolution.

Le temps égraine les secondes
Depuis des millénaires
Et moi pauvre couillon
Voilà que je l’accélère.

Les mots les plus importants
Ne possèdent que la puissance
De la volonté d’écoute

Je l’aime,
Comme c’est dérisoire
Ce mot comme un poème
Lâché dans le souffle d’un soir…

Détails du livre

Auteur

Version

,

ISBN Livre

ISBN Ebook

Format Livre

Les avis lecteurs

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Si conter m’était permis”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Diego Brajerac

Diego Brajerac

Marqué dans sa prime enfance par la guerre en Algérie, il se fit rapidement de la vie une certaine philosophie. À ses yeux, il n’y a que deux étapes essentielles dans l’existence : la date de naissance où s’engage le pronostic vital, et la date inconnue de la mort. Entre les deux, l’être humain gère comme il peut sa courte vie. Dès l’âge de douze ans, il commence à écrire. Influencé par la trilogie des Mousquetaires de Dumas, il clôture un roman de cape et d’épée dont seul le nom a survécu : « Le Comte de la Ferrière ». Puis, rapidement il se met aux vers libres et ne lâchera jamais le plaisir d’écrire qui pour lui est vital.