titchou_couv
Titchou_couv(2)

Titchou

Ebook : 9.99 
Livre Broché : 20.90 

Titchou est né dans son esprit en 2008, lorsqu’elle découvre une photo de deux enfants sur une ponette blanche. La trame du roman se déplie rapidement et les premiers chapitres achèvent la première partie, en 2009. Décembre 2012, elle reprend ce récit. Alors que Titchou ne devait pas revenir du monde imaginaire, elle refait complètement la deuxième partie, Titchou retrouvera les siens. La dernière page de cette surprenante aventure se tourne définitivement en septembre 2013.
UGS : N/A Catégories : , , Étiquettes : , Auteur : .
Effacer
Extraits du livre

Extraits du livre

Extrait 1

Titchou baissa la tête, n’osant croiser le regard de sa mère. Il la détesta en cet instant. L’envie de devenir riche semblait avoir effacé les tendres sentiments qu’elle portait à sa famille. Il participa à quelques corvées et décida de se retirer dans sa chambre. Il s’affala sur sa couette moelleuse, les bras croisés, les yeux rivés au plafond comme une abeille dans un pot de confiture. Il se releva doucement, fit la moue, poussa lentement la porte de l’armoire.

Alors qu’il saisissait le livre, une singulière lueur transperça les rideaux, illuminant la clé dissimulée sous le lit. Titchou s’allongea, prit une grande inspiration comme pour se donner du courage, l’ouvrant d’un geste brusque.

— Très bien ! Allons-y.

Les pages tournèrent, s’arrêtant sur l’illustration.

— Je rêve ! Ce sont Lifarel et Kalhany. Que font-elles dans ce conte ?

Il découvrit Antiachore. Un village sans histoire qui traversa le temps jusqu’au jour où une fillette disparut mystérieusement.

Extrait 2

Les trois montures s’élevèrent dans le ciel. Le cœur de Titchou se serra, car il abandonnait pour une nouvelle nuit Math, le laissant dans le froid, alors qu’il se trouvait si près de lui. Mais la sagesse ordonnait le retrait et l’attente. Les larmes coulaient, renforçant sa détermination à vaincre ce monde dit paisible et merveilleux. Son sommeil fut secoué de cauchemars, de rêves étranges, il voyait sa mère et son père. Cet engouement pour le fantastique avait entraîné Math dans une aventure dangereuse, il mesurait à présent tout le poids de son égoïsme. Il n’avait pas accepté cette expérience pour sa famille, mais pour lui, car il voulait échapper à son existence de gosse gâté par la vie et qui s’ennuyait. Il ne fallait plus que cela arrive, il devait couper ce lien entre les deux mondes sans en détruire un seul. Il s’éveilla en sueur. Aonghas dormait, Brim ronflait, le Gaul ouvrit un œil, observant Titchou. Il le referma, il sut en cet instant qu’il avait enfin compris le véritable sens de sa mission.

 

5 sur 5 basé sur 1 vote client
(1 avis client)

Détails du livre

Format Livre

406 pages

ISBN Ebook

979-10-326-0534-9

Version

Ebook Téléchargeable, Livre Papier

ISBN Livre

979-10-326-0035-1

Auteur

Eylliae

Les avis lecteurs
5 sur 5

1 avis pour Titchou

  1. 5 sur 5

    :

    Un roman qui ne s’adresse pas qu’aux jeunes. Je me suis promenée dans ces paysages insolites et fantasmagoriques, magnifiquement décrits. On perçoit toutefois à travers toutes les pages l’âme du peintre, que je connais. Les personnages et la trame de ce récit sont dignes d’un Tolkien. J’ai eu le plaisir de lire Amélamone,l’île magique, elle persiste et signe dans le genre fantastique.

Ajouter un Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Eylliae

Eylliae

Un dessin, une jolie petite frimousse, et les mots esquissent à leur tour une histoire. Elle souhaite surtout à travers ce récit encourager les jeunes à avoir ce devoir salutaire à dénoncer ces cas de détresse. Ainsi pourraient-ils sauver ces petites vies. Son esprit en proie au fantastique a coloré de faits surprenants et amusants une histoire purement fictive menée de pair avec l’achèvement de Titchou. « Faustine, une petite frimousse qui déclenche sans aucun doute l’attachement. Lorsque je contemplais cette petite tête, je l’imaginais réelle, un air coquin, et triste à la fois. »