couvhd_sous-vichy-un-enfant-antillais-_28116
4ecouvhd_sous-vichy-un-enfant-antillais-_28116

Sous Vichy, un enfant antillais dans les pas d’une femme juive

Ebook : 6.99 
Livre Broché : 15.90 

C’est un roman extrait de mes errances enfantines, des errances conduites par la compagne de mon père, Juive polonaise qui fuyait les rafles du régime nazi. Cette femme se comporta vis-à-vis de moi comme une mère. Elle m’a protégé et nourri tout au long de son nomadisme qu’elle a entrepris pour échapper à sa déportation. À la libération, nous avons habité le quartier juif du Marais, deux ans, sans mon père qui avait été interné en Prusse-Orientale. Il a été libéré par les Russes, il n’a pu regagner la France avant 1947. Au cours de mes études, j’ai vécu avec une jeune fille juive qui a été cachée pendant l’Occupation dans le centre de la France. Mon roman essaie de restituer les moments des vingt premières années de ma vie, structurées autour de ma rentrée dans le judaïsme, de la fuite des rafles et de la découverte de mes origines antillaises.

Effacer
Extraits du livre

Extraits du livre

Je me revois, petit garçon de quatre ans, en train de remonter le boulevard Pierre-Grenier. La Seconde Guerre mondiale venait d’être déclarée. Ce boulevard qui relie la porte de Saint-Cloud au pont de Billancourt s’appelait au départ le boulevard des Moulineaux, puis à la fin de la guerre, l’avenue changea de nom pour prendre le patronyme d’un résistant, ce Pierre Grenier, qui avait aidé, sans armes, à l’évacuation vers la zone libre d’évadés étrangers. C’était normal, en cette période de guerre, de voir circuler des enfants très jeunes, comme moi, car ils représentaient, pour les adultes qui n’avaient pas le temps de piétiner dans les longues files d’attente et qui les envoyaient à leur place, le moyen d’obtenir de la nourriture et des papiers administratifs. p. 7

Juin 1942 : La fuite vers la zone non occupée

Brusquement, une nuit au début de juin, Rachel me sortit du lit et me demanda de prendre rapidement mes affaires et un bon pull. J’avais très peu de choses, tout entra dans une petite valise et Rachel portait un grand sac de couleur grise contenant peu de vêtements, plutôt de l’eau et de la nourriture, du pain sec, du saucisson, et le peu de provisions que nous avions en réserve. Nous venions d’être dénoncés et mon père nous avait demandé de nous sauver. Il avait réussi à nous procurer de faux papiers et des billets de train. Il ne venait pas avec nous, jugeant préférable de protéger notre fuite en attendant la police. Il ne se pensait pas en danger, la législation vichyssoise ne le considérait pas comme juif, mais comme un Français des colonies. p. 22

Après notre départ pour la zone libre, mon père avait été arrêté pour avoir soustrait, contrairement à la loi de Vichy sur les Juifs, sa compagne Rachel. Nous ne savions pas où il avait été interné, les documents de police avaient été détruits ou éparpillés. Rachel s’acharna dans sa course aux renseignements pour aboutir au fait que mon père avait été dirigé vers Compiègne et ensuite vers un camp du côté de la frontière russo-polonaise. Au service des retours des déportés, à l’hôtel Lutetia, la Croix-Rouge nous fit savoir que les camps très à l’est de l’Europe avaient été libérés par les troupes soviétiques et que l’on ne possédait aucun renseignement sur ce qu’elles avaient fait des personnes qui s’y trouvaient. D’après les déportés, les Russes ne faisaient pas de détail : par peur des infiltrations de nazis parmi les prisonniers, ils enfermaient tout le monde. p. 55

Détails du livre

Auteur

Charles Chandler

ISBN Ebook

979-10-326-0670-4

Version

Ebook Téléchargeable, Livre Papier

Format Livre

141 pages

ISBN Livre

9791032601716

Les avis lecteurs

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Sous Vichy, un enfant antillais dans les pas d’une femme juive”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Charles Chandler

Charles Chandler

Charles Chandler est né à Paris où il passe toute sa vie. Il est actuellement à Brunoy dans la région sud de Paris. Très jeune, il décide de devenir professeur de mathématiques des Universités. Ayant un très bon niveau, il passe deux thèses de mathématiques. Il décide en fin de carrière d’orienter sa réflexion sur la didactique. Il a été marqué par les conditions de vie pendant l’occupation de la France par les troupes allemandes et raconte sa vie d’enfant pendant cette période dans ce livre.