COMMUNIQUE : 576 570,88€ de droits d’auteurs versés. (Est-ce que toutes les Maisons d’Editions peuvent en dire autant ? …)

Parmi les célèbres auteurs en rayon : notre auteur Gérard Cadet et sa trilogie

Dans les rayons de Carrefour de la Ville Du bois : les ouvrages de l’auteur Gérard Cadet parmi les plus célèbres :

« Moi, mon âme est fêlée« « Envole-toi gerfaut » et le dernier « Au grand bal des squelettes »

img_20161206_10450620161206_104158

7écrit Editions est une maison d'édition à Paris qui a pour but de vous permettre d'éditer un livre en toute simplicité.

Laisser une réponse

Votre adresse mail ne sera pas publiée.Champs requis *

Vous devriez utiliser le tag HTML avec cet attribut: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

A propos de Gérard Cadet

Né à Paris en 1947, Gérard Cadet a consacré sa carrière à l’enseignement du français, du théâtre et du cinéma auprès de ses élèves du collège Les Dînes-Chiens de Chilly-Mazarin, de 1971 à 2009. Le métier de professeur de lettres modernes a occupé Gérard Cadet à plein temps pendant quarante ans… celui d’écrivain, publié depuis seulement un an, qui lui maintient les neurones en état d’ébullition constante. Quand il a une passion, il ne sait pas agir dans la demi-mesure : il se donne à fond. Cela a été vrai pour le professorat. Et cela l’est également pour son activité d’écrivain : il est l’auteur pour l’instant d’une saga policière (cinq romans sont prévus, dont un recueil de nouvelles) mais dont le style et les ressorts dramatiques débordent un peu du genre, l’humour restant une compagne de jeu littéraire à laquelle il tient énormément. Les titres continuent d’être pris en relation avec la littérature poétique : il y a eu Baudelaire, Heredia, et voici Rimbaud… Parallèlement, il a écrit de nombreux ouvrages romanesques ou théâtraux, sans jamais jusqu’alors les proposer à la publication. Son premier roman édité est paru fin 2015. On n’est pas sérieux quand on a… soixante-dix ans !