COMMUNIQUE : 600 800,52€ de droits d’auteurs versés. (Est-ce que toutes les Maisons d’Editions peuvent en dire autant ? …)

Salon de Rocamadour : L’auteur Jean-Pierre Fétis présentait ses ouvrages dans une belle ambiance

L’auteur Jean-Pierre Fétis présentait son nouvel album « Les aventures de Petit grain de sable » et l’ouvrage
« Les aventures de Petit grain de sable avec ses amis  Beluga et petit rayon de lune »

 

7écrit Editions est une maison d'édition à Paris qui a pour but de vous permettre d'éditer un livre en toute simplicité.

Laisser une réponse

Votre adresse mail ne sera pas publiée.Champs requis *

Vous devriez utiliser le tag HTML avec cet attribut: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

A propos de Jean-Pierre Fétis

Jean-Pierre FETIS est né en 1949 en Autriche (par accident), Français, élevé en Afrique équatoriale, il finira son adolescence en Normandie. Sa carrière de trente ans dans un service régalien de l’Etat, assortie d’une représentation syndicale de dix-huit ans, le conduira de Paris à Toulouse où, à sa retraite, il se consacrera, quelques années, à la formation pour adultes en : communication, prévention des conflits et à l’harmonie sociale. L’imaginaire de l’auteur a été façonné par une jeunesse passée dans les profondeurs de l’Afrique équatoriale. La confrontation des mondes animistes locaux et la culture judéo-chrétienne familiale ont enrichi une réflexion naissante. A l’adolescence la recherche de ses propres valeurs a amélioré un déterminisme déjà bien marqué. Durant sa carrière et l’exercice de son mandat syndical il a été un témoin privilégié de ce qui fait la grandeur et la bassesse de l’homme. Il n’a jamais douté que l’homme est fondamentalement bon ; qu’il est responsable de ses actes et de sa situation. Pourtant en cas de dérapage, pour l’auteur, la répression ne peut être qu’une disposition transitoire, il faut toujours laisser une place à la réparation et à l’éducation. Non ! Le pire ennemi de l’homme n’est pas l’homme lui-même, mais son ignorance. De ses années de formateur il a acquis la certitude que ne peut être éduqué que celui à qui on a donné envie. Quel meilleur vecteur que le rêve et du « il était une fois » du conte pour donner envie, à l’homme, du merveilleux de la compréhension, du savoir faire les liens qui le conduit à la recherche du savoir. Ainsi se sont écrites « Les aventures de Petit grain de sable ».