GERARD CADET, “Moi, mon âme est fêlée…”